Le LABo des Fées
Erik Lorré

Singin’ in the Rain

work in progress

Une installation en devenir – work in progress

 

Installation sonore comportementale mettant en scène 50 parapluies équipés de mécanisme robotique permettant leurs ouvertures et fermetures. L’auteur s’intéresse au son singulier provoqué par l’ouverture des parapluies et à leur mouvement visuel pour composer une chorégraphie collective qui produit sa propre partition musicale. Le développement informatique permettra de rendre chaque parapluie autonome grâce à un simple algorithme. Chaque identité scrute le comportement de ses voisins, les ouvertures se font par contagion et provoquent un déplacement, une vague collective, par métaphore des parapluies qui s’ouvrent dans la rue aux premières gouttes de pluie. En additionnant un comportement simple, on simule ici une intelligence collective.


Recherche sonore des parapluies lors d’une résidence au Chateau Ephémère (novembre 2021)

Créer un instrument musical pour compositeurs

En parallèle à ce développement fondamental, la recherche en phase de développement de cette installation permettra d’explorer ses capacités instrumentales pour permettre à des compositeurs ou des publics de s’en emparer pour piloter l’installation comme un instrument. Ce sont là des solutions pour permettre lors des expositions, la programmation d’ateliers et de master class. Les outils numériques convoqués sont des microprocesseurs (NodeMcu Esp) connectés par réseau wifi, programmés en C++ (via Arduino IDE) pour un comportement autonome, ou asservis via des interfaces utilisant les interfaces de composition musicales comme Max/mps, Touch osc, Ableton Live

génèse du projet

Note de l’auteur :
« j’ai toujours été fasciné par le bruit provoqué par l’ouverture d’un parapluie et le déplacement d’air qu’il provoque à cet instant. C’est un signal sonore très identifiable, universel, reconnaissable les yeux fermés, produit par un mécanisme simple. Dans la rue, dès les premières gouttes de pluies, c’est un balai qui s’opère, la foule dégainant son para- pluie un par un. Comme un réflexe pavlovien, le premier qui fait son ouverture donne le signal de départ et conditionnent les suivants. Le son de cette orchestration, associé à la résonance de la pluie n’est pas dénué d’un certain romantisme. Cet objet devient iconique dans plusieurs scènes de cinéma, (singin’ in the rain, les parapluies de cherbourg…) où leur sonorité est mis précisément en scène dans ces comédies musicales. S’il est souvent un lieu d’abri pour amoureux
transis, il est devenu récemment un objet de protection contre l’identification numérique des manifestants
Hong Kongais lors de la “révolution des parapluies” en 2014. Pour toutes ces raisons, j’ai souhaité convoqué dans cette installation une autre révolution, celle qui étymologiquement consiste à l’écoulement d’une période de temps. Dans ces intervalles, les sons des ouvertures deviennent des notes sur une ligne de composition temporelle en boucle. Conjugués aux effets visuels des parapluies qui se déploient, c’est un balai organique qui se jouera devant nous pour nous plonger dans une dimension hypnotique et contemplative. »

 

dossier

Co-production : Folie Numérique by Fées d’hiver

Création et développement : Erik Lorré

 

 

A Propos

Folie Numérique, by Fées d'hiver
Centre d'Arts Numériques
Champ Rond
05 200 Crévoux

www.feesdhiver.fr

logo2010b

Contactez nous

Social

Fées d'hiver - association loi 1901 - Champ Rond - 05 200 Crévoux - 04 92 43 63 69 - contact@feesdhiver.fr